Après une pause, la croissance reprend en Colombie-Britannique en 2021

March 25, 2021 12:00 PM EDT

Get inside Wall Street with StreetInsider Premium. Claim your 1-week free trial here.

OTTAWA, 25 mars 2021 (GLOBE NEWSWIRE) -- Les renseignements sur le marché du travail publiés aujourd’hui par ConstruForce Canada indiquent que le secteur de la construction et de l’entretien de la Colombie-Britannique est en voie de retrouver le chemin de la croissance en 2021, après une année marquée par le premier déclin notable de l’activité depuis plus d’une décennie.

La Colombie-Britannique a été l’une des provinces les plus durement touchées par la pandémie de COVID-19 en 2020. La province a enregistré une diminution de l’activité dans la construction de nouvelles habitations et d’immeubles commerciaux et industriels, ces secteurs ayant enregistré un déclin à deux chiffres de l’investissement comparativement à 2019. Ces pertes ont été partiellement compensées par une hausse des besoins liés aux grands projets d’ouvrages de génie civil et de pipelines, ainsi qu’à de nombreux projets de transport collectif.

D’après les prévisions du rapport provincial Regard prospectif – Construction et maintenance 2021-2030 de ConstruForce Canada, la croissance du secteur devrait reprendre en 2021, alors que les besoins liés aux grands projets continueront d’augmenter et que le niveau d’investissement dans la construction industrielle et commerciale se rétablira.

« Certains verront le ralentissement de l’activité de construction et d’entretien en Colombie-Britannique de l’an dernier comme un répit salutaire, étant donné que le marché du travail de la province était confronté à des difficultés chroniques de recrutement, affirme Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Cela dit, cette pause n’est que passagère. On prévoit une reprise de la croissance en 2021 stimulée par l’accumulation de projets dans presque tous les secteurs – construction industrielle lourde, transport collectif, éducation, soins de santé, projets d’infrastructures publiques, nouvelles habitations, travaux de rénovation et construction d’immeubles commerciaux. Cette accumulation pourrait susciter d’importantes difficultés de recrutement à l’échelle du secteur. »

Selon ConstruForce Canada, l’emploi devrait augmenter de 17 800 travailleurs, soit environ 10 % de la population active actuelle, au cours de la prochaine décennie. Le défi du secteur sera de trouver un moyen de combler les besoins de main-d’œuvre à court terme. Le secteur non résidentiel devra embaucher 11 500 nouveaux travailleurs entre 2020 et 2022 (+16 %) afin de satisfaire la hausse de la demande, qui sera surtout concentrée dans la région de la vallée du bas Fraser.

« L’augmentation des besoins liés aux grands projets devrait être quelque peu amoindrie par les répercussions de la pandémie de COVID-19, explique M. Ferreira. Des ralentissements dans d’autres secteurs et dans d’autres régions de la province pourraient favoriser la mobilité de la main-d’œuvre, mais celle-ci devrait se limiter aux métiers nécessitant des compétences et de l’expérience spécialisées. Le secteur de la construction de la Colombie-Britannique devra certainement envisager des stratégies à court terme pour recruter des travailleurs provenant d’autres secteurs et d’autres provinces, et, à long terme, recruter davantage de jeunes et de gens parmi des groupes traditionnellement sous-représentés. »

Selon ConstruForce Canada, jusqu’à 41 000 travailleurs, ou près de 22 % de la population active actuelle, prendront leur retraite d’ici 2030. Pour répondre aux besoins liés à l’expansion, le secteur de la province devra également recruter près de 59 650 travailleurs au cours de la prochaine décennie.

Cet écart sera quelque peu comblé par l’arrivée prévue de 35 150 nouveaux venus provenant de la population locale âgée de moins de 30 ans, mais il faudra tout de même faire venir des travailleurs d’autres secteurs ou d’autres provinces pour répondre à une part importante du reste des besoins.

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Les nouvelles inscriptions aux 20 plus grands programmes de métiers en construction de la Colombie-Britannique ont connu des fluctuations importantes au cours des dernières années. Les inscriptions ont diminué après avoir plafonné à plus de 8 500 en 2013, mais ont depuis repris, ayant atteint 8 000 inscriptions en 2019.

La pandémie devrait avoir eu des répercussions sur le nombre de nouvelles inscriptions en 2020. Les données limitées recueillies à ce jour suggèrent que la pandémie a considérablement entravé la formation, les examens et les certifications en classe. Ces répercussions devraient faire diminuer le nombre de nouveaux travailleurs certifiés à court terme.

Selon les prévisions concernant les nouvelles inscriptions et les tendances en matière d’achèvement des programmes d’apprentissage, plusieurs des métiers de la Colombie-Britannique devraient répondre aux besoins de nouveaux compagnons certifiés ou les dépasser d’ici 2030. Toutefois, les chaudronniers, les charpentiers-menuisiers, les vitriers, les conducteurs d’équipement lourd, les électriciens industriels, les calorifugeurs, les latteurs, les peintres, les couvreurs et les soudeurs risquent de connaître une pénurie. Un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage demeurera nécessaire pour éviter d’éventuelles pénuries de compétences futures.

Pour constituer une population active durable et diversifiée, le secteur de la construction et de l’entretien devra aussi renforcer ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous-représentés dans sa population active actuelle, notamment les femmes, les Autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2020, environ 32 700 femmes travaillaient dans le secteur de la construction de la Colombie-Britannique, dont 34 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Or, des 175 900 travailleurs de métier travaillant dans le secteur, les femmes ne représentaient que 6 % de la main-d’œuvre totale.

La population autochtone du Canada est un autre groupe qui offre des possibilités de recrutement pour le secteur de la construction de la Colombie-Britannique. En 2020, environ 5,7 % de la population active de la construction de la Colombie-Britannique était constituée d’Autochtones, comparativement à environ 5 % de l’ensemble de la population en âge de travailler de la province. Parmi les travailleurs du secteur de la construction et de l’entretien, 82 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Considérant que les travailleurs autochtones sont plus enclins à envisager une carrière en construction, il serait possible d’accroître davantage le recrutement au sein de ce groupe.

Le secteur de la construction de la Colombie-Britannique pourrait aussi devoir tirer parti des Néo-Canadiens au cours de la prochaine décennie pour répondre aux besoins prévus en main-d’œuvre du marché. La province devrait accueillir plus de 69 000 nouveaux immigrants internationaux chaque année entre 2021 et 2030. Cela fera des Néo-Canadiens un segment croissant de la population active globale.

À l’heure actuelle, la population active du secteur de la construction de la Colombie-Britannique est constituée d’environ 24 % de Néo-Canadiens, soit une proportion inférieure à celle qu’occupent ces travailleurs au sein de la population active globale de la province (29 %).

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 2220.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

Kim BarberoPrésidente-directrice généraleMechanical Contractors Association of British Columbia604 205-5058

Scott BonePrésidentNorthern Regional Construction Association250 596-9901

Ryan BruceRecrutement de membres et Relations gouvernementalesCLAC250 331-1465

Paul de JongPrésidentProgressive Contractors Association of Canada403 620-3781

Chris AtchisonPrésidentBritish Columbia Construction Association250 475-1077

Brynn Bourke Directeur général intérimaireBritish Columbia Building Trades778 397-2220

Neil MoodyPrésident-directeur généralAssociation canadienne des constructeurs d’habitations – Colombie-Britannique604 432-7112, poste 304

Kelly ScottPrésidenteBC Road Builders and Heavy Construction Association604 436-0220

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada. 

Primary Logo

Source: ConstruForce Canada


Serious News for Serious Traders! Try StreetInsider.com Premium Free!

You May Also Be Interested In





Related Categories

Globe Newswire, Press Releases